Le « repos » post marathon : la clef pour aller loin!!

« Pour aller loin, il faut savoir ménager sa monture ». Voilà un conseil judicieux que j’ai entendu beaucoup de fois dans ma jeune aventure de runner. Et s’il est bien une « épreuve » où il faut savoir respecter cette citation, c’est bien le marathon !

En effet et il ne faut pas l’oublier, courir une telle distance voir plus, n’est pas une chose anodine pour le corps humain car nous poussons notre organisme dans ses derniers retranchements en puisant l’énergie jusqu’au bout de nos orteils ! Après un marathon, il faut savoir laisser (autant que faire se peut) notre corps reprendre des forces avant d’attaquer un nouveau plan d’entrainement.

Lors de mes nombreux échanges sur le sujet, j’ai plusieurs fois entendu : « 42 kilomètres = 42 jours de repos ». A s’y pencher de plus près, on n’est pas très loin de la réalité, mais je pense surtout que cela dépend de chacun.

Voici donc les conseils que j’ai eu d’un runner, qui a eu d’un runner, qui a eu d’un runner, […] qui a eu du 1er runner, pour une récupération « optimale ».

La 1ère semaine post marathon :

« Le running, c’est beurk !». Et oui, pendant les 5 jours suivant la course, débranchez votre cerveau du running et même de toute activité sportive. Laissez votre corps se régénérer car vu comment vous l’avez mal traité, il en a besoin !

Recommencez en douceur par de la natation ou une petite sortie vélo en mode pépère cool comme Fonzy. N’oubliez pas lors de cette semaine de vous hydrater un maximum (l’eau chargée au magnésium type Rozana est idéale), d’avoir une alimentation saine (ce que j’avoue ne pas suivre : je suis à ce moment-là en manque de sel, de gras, de sucre : vive Burger King & Co), et de vous masser (moi j’utilise une huile de massage à l’arnica). Je ne sais pas si cela marche ou si c’est psychologique, mais je croque des comprimés de sporténine et ça m’aide aussi à récupérer musculairement.

La 2ème semaine :

La 2ème semaine, le moment est venu de refaire coucou à ses chaussures qui ont pu nous manquer. Pas la peine d’attaquer dans le dur : 2 sorties légères de 40 min maximum suffiront amplement. Juste pour ceux qui n’auraient pas compris le terme de « sortie légère » : on ne court pas en seuil ou au taquet, non non non !! Ici, allez-y trraaannnquille, presqu’à votre allure la plus lente. Je te vois là qui ouvre des grands yeux en disant « même pas en rêve », mais c’est juste un conseil pas une obligation, c’est à toi de voir 😉 .

Les semaines suivantes :

La 3ème semaine, courir nous démange ! Alors oui, on peut augmenter le nombre de sorties mais toujours de l’endurance.

La 4ème semaine : on peut lâcher les chevaux ! Rebonjour les sorties fractionnés, « seuil », etc… Le bitume est de nouveau à nous.

Bilan :

Dans tous les cas, il n’y a pas de « méthode miracle ». Ce que je vous expose ci-dessus est ce que j’ai moi- même essayé de faire lors de mes précédents et ça a fonctionné. Le plus important est d’écouter votre corps car il sait mieux que tout le monde ce qui est bon pour lui, mais pour ça, il aura fallu bien l’éduquer au préalable.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s