Flashback…..

J+1 : 7h30, j’ouvre les yeux… malgré l’effort de la veille et la fatigue qui s’en est suivi je n’ai plus sommeil. Je me lève, j’ai les jambes lourdes, ça tire….. Je vois ma médaille, elle me redonne le sourire et là les images de mon weekend me reviennent à l’esprit…

J-2 : Ça y est, c’est l’heure de partir pour Paris. Plus de 12 semaines que mon cerveau et ma vie sont dédiés pour vivre ce moment de dingue qui m’attend.

mdp2014_1

A peine arrivé à la Gare de Lyon, c’est la course : direction Porte de Versailles pour récupérer mon dossard, mon tshirt de la Fédération Française de Cardiologie (association pour laquelle je vais courir pendant le marathon) ainsi que les tshirts de my boo et moi pour le Breakfast run du lendemain.

mdp2014_2

Respect des traditions oblige, on ira manger quelques « sushis » pour que je change un peu du régime pâtes des derniers jours.

J-1 : Départ de la Breakfast Run à 9h. Pas d’autres choix que de s’arracher du lit à la même heure que celle à laquelle on se lève en semaine pour partir travailler… On rejoint Audrey et Eugénie qui sont déjà au taquet. Tout le monde porte fièrement le tshit vert de ce run festif ainsi que les drapeaux aux couleurs de son pays : l’ambiance est MAGNIFIQUE!

mdp2014_3      mdp2014_4

mdp2014_5      IMAGE_697

« In the future, every one will be world-famous for 15 minutes »

Cette phrase d’Andy Warhol a pris tout son sens le soir même lorsque je suis passé lors du JT de France 2 dans un reportage consacré au Marathon de Paris. Pendant près d’une heure, les appels et sms ont fait chauffer mon portable. J’avoue que cette « célébrité » passagère n’a pas fait de mal à mon égo 🙂

Préparation des affaires pour le lendemain : je suis prêt!

IMAGE_684

THE D-DAY

La nuit aura été courte : à peine 5h de sommeil. Le parfum de la course s’empare de moi. Petit déjeuner avalé, direction la zone de départ. Alors que je me sens bien seul dans les couloirs vides du métro, ceux ci se remplissent à une vitesse incroyable de coureurs ayant rendez vous avec leur destin!

IMAGE_685      IMAGE_686

En les regardant, je me suis posé la question de leurs motivations : étaient ils là pour leur « dépucelage » sur la distance comme moi ou étaient ils des marathoniens chevronnés? Étaient ils là pour se prouver quelque chose, ou pour le simple « plaisir » de la course? Dans tous les cas, je savais une chose, c’est qu’aucuns ne partaient la fleur au fusil et chacun avait conscience que les heures qui allaient venir seraient un combat!

Arrivée à destination. Selfies de circonstance : le départ est proche, les sourires (crispés?) sont là 🙂

IMAGE_687       IMAGE_698

Après avoir croisé en IRL (In Real Life)  certains twittos runners, direction notre SAS avec Audrey. Le temps est clément (peut être trop même) : magnifique ciel bleu, soleil, température d’environ 12/ 13 degrés.

IMAGE_6893….2…1 : le départ officiel est lancé!!! Petit à petit les coureurs s’élancent. Le tour d’Audrey et le mien est proche : le décollage est pour maintenant!!

photo_generale_5207176

Le « stress » accumulé depuis les derniers jours fait couler des larmes de joie sur mes joues : j’ai conscience que je débute une aventure qui peut m’amener à entrer dans la famille des marathoniens d’ici 4h45 (objectif fixé avec mon coach).

Les 1ers kilomètres se feront dans une allure (il est vrai) plus élevée que la stratégie fixée (6min/km au lieu de 6’30). Je me sens bien. La photo de l’organisation le prouve : j’ai le sourire 🙂

200300015ème kilomètre. My boo m’attend avec Julie pour m’encourager. Prochain rdv au 19ème kilomètre à la sortie du bois de Vincennes.

7ème kilomètre. 1ère alerte physique : ma cheville droite fait des siennes. Je grimace. Audrey a dû s’en rendre compte car elle me demande comment je vais. « J’ai la cheville qui tire mais ça va aller » : ce n’est pas ça qui va arrêter le phoenix!!

2020684814ème kilomètre. La raison me conseille de revenir à une allure plus « modérée » et dans mes cordes. C’est à ce moment là que je décide de laisser la « runneuse masquée » faire sa course. Je sais que maintenant je suis tout seul face à moi même.

19ème kilomètre. My boo est au rendez vous. Je lui dis que j’en bave et que la course va être longue.

Arrivée à mi-parcours. Je fais un état de la situation : cheville droite en vrac, jambes qui tirent, point de côté, mais le moral est la!!

24ème kilomètre. A partir de cet instant, tout kilomètre effectué sera une nouveauté : je n’ai jamais couru une telle distance. C’est aussi à cet instant que mon corps décidera de me lâcher et laisser le boulot à mon mental. Les difficultés à partir du 27ème kilomètre avec la série de souterrains de la voie sur berge ne feront qu’achever mon physique… Il est l’heure de passer en mode « killer instinct »!!

2037297730ème kilomètre. Déjà 3h27 que je suis parti. My boo m’attend, prête à parcourir les 12 derniers kilomètres avec moi : quel mérite!! Entre la marche et mes relances pour essayer de courir (en mode escargot) chaque mètre effectué est une lutte!! Mes chevilles, mes mollets, mes genoux,….tout est en feu : ça brule!! Mais le mental est là… Certaines fois celui ci flanche, mais my boo m’encourage. Alors je m’accroche, je pense à des choses joyeuses …

35ème kilomètre. Plus de 47 min pour faire 5 km… Autour de moi, je vois la souffrance sur le visage des concurrents… beaucoup marchent… certains sont complètement à l’arrêt sur les trottoirs, surement dans l’espoir de pouvoir repartir… d’autres ne le pourront plus : la course est finie pour eux…. Ceux sont des images qui marquent… Je me dis que je ne peux pas abandonner, que je n’ai pas le droit… Je sers les dents… My boo qui faisait un live tweet de ma course, me lit les messages d’encouragement que les twittos runners m’adressent : j’en pleure…. Tous les sentiments s’emmêlent dans ma tête… Je peste contre ce foutu corps qui ne veut pas avancer… J’essaye de relancer régulièrement la machine en tenant des intervalles de course plus longs…

39ème kilomètre. A l’approche de l’allée de Longchamp, à moins de 3km de l’arrivée, je vois toujours des gens qui abandonnent… Je me demande comment est ce possible, que mentalement ça va être dur à digérer pour eux. Chose surprenante, lors de mes micros runs alors que je suis ko depuis bien longtemps, que je zigzague, j’encourage ceux que je croise qui sont encore plus à l’ouest que moi : une petite tape sur l’épaule, un « keep going »… il faut qu’ils tiennent : la fin est proche!!

41ème kilomètre. Un nouveau moment fort de ma course. Alors que my boo allait devoir me laisser parcourir le dernier kilomètre en solo, une bénévole de la Fédération française de Cordiologie me reconnaissant se mis à courir une centaine de mètres à mes cotés comme une « maman » encourageant son fils…

41,5 km Je pleure à chaudes larmes depuis déjà plusieurs mètres… Beaucoup de choses me passent par la tête… Ce que j’ai vécu à ce moment là est unique et ne peut se raconter…

2037833342ème kilomètre. Qui vois je débouler de la foule : Audrey qui me crie dessus pour m’encourager…. mais je suis ailleurs…

Plus que 195m…. je fais de mon mieux pour lever les bras en l’air et essayer de sourire… je ne sais même pas si j’y arrive… les larmes continuent de couler…

Ça y est, elle est là la ligne d’arrivée…. je la dépasse : je viens officiellement de déposer ma fusée sur la planète MARATHON!! Je suis FINISHER!! La douleur n’est plus, elle fait place à la JOIE : quel pied!!!

Après avoir retrouvé mes esprits et croisé des twittos runners qui venaient eux aussi de finir leur course, je récupère fièrement mon tshirt de finisher et ma médaille : puta que c’est bon!!! 🙂

MDP10

J+1 : 7h30, j’ouvre les yeux… malgré l’effort de la veille et la fatigue qui s’en est suivi je n’ai plus sommeil. Je me lève, j’ai les jambes lourdes, ça tire….. Je vois ma médaille, elle me redonne le sourire et là les images de mon weekend me reviennent à l’esprit…

mdp11

Publicités

24 réflexions sur “Flashback…..

  1. Pingback: La breloque est toujours d’or!! | CAPTAIN PHOENIX

  2. Pingback: Paris mon amour!!! [CONCOURS] | CAPTAIN PHOENIX

  3. Pingback: Run In Lyon 2015 : The Rise of The Pheonix! | CAPTAIN PHOENIX

  4. Pingback: Bye Bye 2014. Welcome 2015!!! | CAPTAIN PHOENIX

  5. Pingback: Happy Birthday!! | CAPTAIN PHOENIX

  6. Pingback: Putain, 2 ans…. | CAPTAIN PHOENIX

  7. Pingback: En route pour Windy City….. | CAPTAIN PHOENIX

  8. Pingback: Planning Running 2014 : Fin 1er semestre et 2ème semestre | CAPTAIN PHOENIX

  9. Vraiment toutes mes félicitations pour cette belle perf !!! Eh oui, tu es marathonien !!! Et bravo également pour ce récit plein d’émotion. Et entre nous, tu as une supportrice n°1 vraiment géniale !!!

  10. Je découvre ton blog via ce billet, et je te félicite pour ce marathon qui a été un véritable défi contre toi-même, pendant lequel tu as dû ressentir beaucoup de choses.
    Comme quoi, le bonheur et la souffrance sont deux choses qui sont à la fois opposés et tellement proches…
    Merci pour ce joli récit de course, qui donne envie de relever des défis !

  11. Félicitations !
    C’est clair que partir trop vite ça se paye cash sur une telle distance. Mais pour le premier l’essentiel est de passer la ligne.

  12. @Marv ! Bravo et bienvenue. Tu as fait ce qu’il fallait.
    @Mike : Oui, 1 seconde de moins que l’allure = 1 minute de plus au final. il faut payer pour voir que c’est une réalité !

  13. J’aime bcp l’idée du retour en arrière côté écriture! Bravo pour le mental! Bravo pour la Boo pour le soutien. Mais putain! On RESPECTE l’allure fixée au départ pour aller au bout dans les meilleures conditionS! 😡
    Mais encore bravo et au prochain tu feras mieux maintenant que tu sais!

    • ;-). Avec de la volonté et un grain de folie, je pense qu’il est possible de déplacer des montagnes. Si certains en doutez, j’espère que je serais un « exemple » pour eux

  14. Hello Captain Phoenix,

    Merci de nous avoir fait partager ton aventure avec tant de soin. J’avais les larmes aux yeux à la fin de ton récit. Te voilà marathonien!
    Et puis, un bravo à « Boo » :), c’est super de pouvoir compter sur quelqu’un pour aider à se dépasser. Reste plus qu’à la convaincre de s’attaquer à la distance pour pouvoir faire ce dernier kilomètres ensemble!

    Au plaisir de vous croiser sur une course tous les deux,
    Mystinguett

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s