Prépa Marathon de Paris 2014 : Semaines 8 et 9 (03 au 16 mars)

Lundi 03 mars : repos pour ce lendemain de #SemiParis. Bonne nouvelle : pas de courbatures et mes ailes de phoenix sont chatoyantes 🙂

Mardi 04 mars : 1er run post #SemiParis : 55 min de footing. Les jambes tirent au début mais je retrouve rapidement de bonnes sensations. Après cette course, je peux officiellement dire que la période de maladie est derrière moi : tant mieux!!

IMAGE_456

Mercredi 05 mars : repos

Jeudi 06 mars : Beau temps pour revenir voir la piste que mes « petits » pieds (14 US) n’avaient pas foulée depuis presque 3 semaines!! Plan du jour : fractionnés 20min footing + 5*600m (R400m) de 3’10 à 2’50 + 10min. Verdict : surement ma plus belle séance sur ce type d’exercice exigeant. J’ai bien réussi à tenir l’allure imposée, même si j’ai fini rincé mais pas épuisé.

IMAGE_457

Vendredi 07 mars : repos

Samedi 08 mars : repos

Dimanche 09 mars : SL sur le bitume lyonnais : 1h45 dont 2*15 min à 10,5 puis 11km/h.

IMAGE_462

My boo m’aura m’accompagné sur cette sortie, mais pour cause d’une gêne musculaire à la cuisse, elle n’aura réussi à effectuer « que » 3/4 du parcours.

En vue du D-Day, j’en ai profité pour tester 2 marques de gels « GU » et « Punch power » (non non, ce n’est pas pas du ti-punch) + la ceinture avec gourdes d’eau, pour ainsi définir ce que j’utiliserai lors du marathon de Paris.

IMAGE_463 (1)

Verdict : gourdes, j’oublie : elles n’ont fait que tomber pendant tout mon run. Ça sera donc le CamelBak avec lequel j’ai déjà couru lors de précédentes sorties officielles. Pour ce qui est des gels, j’ai préféré l’aspect de celui de chez Punch Power (moins sucré) et surtout, plus simple à utiliser et à transporter que le packaging de GU.

Cette course m’aura aussi fait prendre conscience de la nécessité primordiale de trouver une solution pour mes « tétons », car à la fin de ma séance je les ai eu en sang (du au frottement avec le maillot technique), et je n’ose même pas imaginer leur état après 42 km :-/ .

IMAGE_458

Lundi 10 mars : Pas le temps de laisser reposer les muscles  : 40 min footing + 3000m à 16’30 (R3′) + 2000m en 10’20 + 10 min footing. En mode « oiseau de nuit », et après avoir couru 17km la veille, mes ailes « survolent » le bitume. Mon corps tient le choc, mais le plus dur reste à venir dans quelques jours : la fameuse séance des 20*500m!!!

IMAGE_464

Mardi 11 mars : repos

Mercredi 12 mars : Après une journée à crapahuter dans les rues barcelonaises avec my boo (je pense que l’on a facilement dû marcher 10km), on a enchaîné par un 40 min de footing pour garder le rythme. Sérieusement, courir sur le front de mer de Barcelone : QUEL PIED!!! J’avoue que nous aurions bien aimé courir plus longtemps tellement c’était agréable, mais un plan est un plan : il faut le respecter et ce n’est pas le moment de se cramer.

IMAGE_461    IMAGE_465

Décision du jour : en 2015, on reviendra à Barcelone avec my boo pour faire le semi ensemble et le marathon pour moi en solo 🙂

Jeudi 13 mars : repos

Vendredi 14 mars : repos. Investissement plus que nécessaire pour préparer mes pieds au marathon!!

IMAGE_460

Samedi 15 mars : repos

Dimanche 16 mars : la voilà LA séance de fractionnés de folie, celle que j’avais « stabilotée » dans mon plan le jour ou je l’avais reçu, je vous présente la : 20*500m. En clair, 30 min footing +20*500m (R300m) : 5 en 3′ puis 10 en 2’50 puis 5 en 2’40 + 10 min : il y a de quoi être effrayé.

Garmin Connect - Entraînements - Google Chrome

CamelBak sur le dos, Compeed sur les tétons, Nok aux zones susceptibles de frottement, je me lance à l’assaut de cette « montagne ». Pour complexifier la chose, pas de tours de piste d’athlétisme pour moi, ça sera le parcours en mode « yoyo » autour de chez moi.

IMAGE_469

Après 30 min d’échauffement, c’est parti pour les 20 intervalles. 5 en 3′ : ok. J’accélère mais cette fois pour 10 à 2’50 : ok. La machine commence à tirer, le terrain de jeu n’est pas adapté… Une petite cote : j’EXPLOSE, obligé de ralentir, de retrouver mon second souffle… Mais je résiste autant que faire se peut. Je m’arrache sur les phases d’accélérations et passe en mode « escargot » pour les R300. Dernier intervalle, plus d’accélération possible, mais voilà je suis FINISHER du 20*500!!

IMAGE_468

BILAN :

Une chose est certaine, je suis au mieux de ma forme et à 3 semaines du grand jour c’est de bon augure. Maintenant, la dernière ligne droite qui va m’amener sur la ligne de départ du marathon de Paris est devant moi, et j’avoue qu’il me tarde de débuter les choses sérieuses!!

Publicités

Une réflexion sur “Prépa Marathon de Paris 2014 : Semaines 8 et 9 (03 au 16 mars)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s